» En 2018, quand on est une marque magazine il faut faire plus que sortir un périodique papier une fois par mois « 

Derrière chaque titre et site magazine se cachent souvent des dizaines de collaborateurs et presque autant de fonctions différentes. Celle de coordinateur rédactionnel, par exemple. Il ou elle briefe les journalistes, établit un planning et veille à ce que celui-ci soit respecté. C’est ce que fait aussi Marieke van Schoonhoven pour Eos Tracé.

 » La coordination de projets rédactionnels est le fil rouge de ma carrière « , commence Marieke van Schoonhoven.  » Je l’ai d’abord fait pour GDL (le successeur du  magazine Goedele, axé sur la personnalité flamande Goedele Liekens et logé chez Uitgeverij Cascade, ndlr.), où j’assurais le suivi tant du magazine que du site. Cela signifiait diriger les journalistes free-lance, déterminer – avec Goedele – ce qui se retrouverait dans le magazine, réfléchir à qui était le mieux placé pour s’occuper des productions – textes et images –… Aujourd’hui, je fais quelque chose de similaire chez Eos Tracé, même si je m’y occupe aussi de la communication via la newsletter et les médias sociaux.  »

Eos Tracé est un site qui tombe sous l’égide d’Eos Wetenschap, tout comme le magazine Eos. Sur le site, on suit le parcours de produits jusqu’à ce qu’ils atterrissent dans notre assiette. Eos Tracé a déjà fait le récit de produits comme le café, les légumineuses, le saumon et l’huile de palme.  » Depuis plusieurs années, on observe, tant chez le consommateur que les chercheurs,  une attention accrue pour la durabilité, l’écologie, l’alimentation et une consommation en toute connaissance de cause « , raconte Marieke van Schoonhoven.  » Les gens veulent savoir d’où provient leur nourriture et c’est ce que nous tentons de découvrir pour eux.  »

Plus qu’un magazine

Avec Eos Tracé, Eos Wetenschap n’en est d’ailleurs pas à son premier écart. Sous les traits de  Psyche&Brein, il existe par exemple une édition sœur paraissant en print. Iedereenwetenschapper.be – qui permet aux citoyens d’entrer en contact avec des scientifiques pour les aider dans leurs recherches –  s’inscrit aussi dans cette lignée.  » En cette année 2018, quand on est une marque magazine il faut faire plus que sortir un périodique papier une fois par mois « , réalise fort bien Van Schoonhoven.  » Nous tentons de répondre encore mieux aux besoins du lecteur en lui proposant des contenus aux moments qui lui conviennent à lui, sur des sujets qu’il choisit lui-même. Avec Eos Wetenschap, nous diffusons par exemple des éditions spéciales papier – extra épaisses – quand les gens ont un peu plus de temps : pendant les vacances de Noël et durant l’été.  »

Cela fait quelque temps déjà que la maison d’édition Cascade planche sur la trame d’un modèle d’affaires pour Eos Tracé.  » On peut devenir membre d’Eos Tracé aujourd’hui déjà, signifiant par la même occasion qu’on soutient nos recherches. En tant que membre, on peut alors, par exemple, participer à nos événements « , signale Marieke van Schoonhoven.  » Nous avons toutefois l’intention, dans un avenir proche, de lier davantage le site à Labelinfo.be, qui fait aussi partie de Cascade.  On y trouve aujourd’hui des informations sur des labels de durabilité comme Fairtrade ou le label bio européen. Sous peu, les producteurs pourront faire connaître sur le site leurs produits labellisés, contre paiement, ce qui en fera une source de revenus. Nous générons en outre des revenus via la vente d’articles.  »

Un bon mélange entre divertissement et information

Il est clair que pour Marieke van Schoonhoven, les magazines ne vont plus uniquement de pair avec le print. Les marques magazines sont devenues un média hybride et elle aime ça. « Je vois le média magazine comme un bon mélange entre divertissement et information, entre profondeur et détente « , dit-elle. Il s’avère qu’elle n’a pas de magazine préféré.  » J’achèterai plutôt un magazine lorsqu’il traite d’un thème qui me passionne vraiment. Et, bien sûr, pour voir ce que fait la concurrence et faire le plein d’inspiration. Ainsi, je me suis récemment procuré la spéciale Quest Eten. Généralement, je conserve alors aussi ce genre d’éditions.  » A ses yeux, c’est en effet là que se situe l’avenir des magazines papier : quelque chose que l’on peut conserver. Elle a cependant la conviction qu’en outre, dans le média magazine tout tourne tout de même de plus en plus souvent autour du site.  » Celui-ci est toujours plus souvent la plaque tournante centrale, sur laquelle vous pouvez dessiner tous vos projets. Dont votre magazine papier.  » Avec Eos Tracé, Marieke van Schoonhoven est en tout cas parfaitement bien placée pour continuer à suivre ces évolutions à la trace…

Marieke van Schoonhoven, Eos Trace  Marieke van Schoonhoven

Envie de découvrir d’autres makers ?