En direct de Cannes : nos lauréats du StuMPA

 » Prêts à nous plonger dans un gigantesque bain créatif.  » Voilà comment, la semaine dernière, étaient partis pour Cannes Simon Pyson et Auke Moonen de Luca School of Arts. Lisez leurs aventures ici.

 » A peine trois mois après avoir remporté le Student Magazine Print Award, nous étions fin prêts. Armés d’un Humo, nous avons réussi à passer les contrôles de sécurité et avons pris l’avion pour Cannes, prêts à nous plonger dans un gigantesque bain créatif.

Comme nous devions nos billets à un concours print, nous étions évidemment énormément curieux de découvrir la catégorie Print. Après avoir plusieurs fois fait le tour, il nous a tout de même semblé qu’il manquait un peu de mousse de bain. Il faut dire que la participation belge était réduite à néant. Par contre, lors du spectacle de remise des prix, nous avons été agréablement surpris de voir nos favoris personnels récompensés.

A l’occasion de la remise du Grand Prix, le président du jury nous a expliqué que le print est en crise. C’est pareil en Belgique et c’est justement pour ça qu’un concours comme le StuMPA existe : pour sensibiliser les jeunes créatifs au print et attester de sa pertinence. En ces temps dominés par les médias sociaux, Burger King a réussi à préserver son authenticité en tant que marque, sans trop se prendre au sérieux. Une étude a en effet fait apparaître que de toutes les chaînes de fastfood aux Etats-Unis, Burger King compte le plus de restos détruits par des incendies, et ce depuis 1954. Dans les créations print, ils représentent dès lors une série de restaurants en flammes accompagnés du texte ‘Flame grilled since 1954’.

Le print avec le plus haut taux de StuMPA, à nos yeux, était la ‘Foot type test ad’ pour Asics. 70 % des joggeurs courent avec de mauvaises chaussures, mais grâce à cette annonce on sait quel type de chaussure choisir avant même d’aller au magasin. L’annonce est interactive grâce à l’encre thermochrome qui détermine quel type de pieds vous avez. ‘Foot type test ad’ a remporté un Lion de bronze.

Autre campagne qui nous a plu : ‘Pass the Heinz’. Dix ans après l’épisode de Mad Men dans lequel Don Draper ‘pitche’ Heinz, Heinz a sorti les prints en vrai. Ceci peut bien sûr générer pas mal de critiques décriant la paresse, puisqu’on n’a pas dû se fouler plus que ça. Nous, on a toutefois trouvé que c’était plutôt intelligemment paresseux. Le potentiel de RP de cette campagne surpasse dès lors le print. David Miami, l’agence qui a signé l’exploit, n’a pas inscrit la campagne sous son propre nom. Elle a été introduite sous le nom de Sterling Cooper Draper Pryce, l’agence de publicité fictive présentée dans la série.

Après notre immersion totale, nous voilà tout à fait prêts pour piquer une tête dans le monde de la publicité !

Merci, Febelmag, d’avoir rendu tout cela possible…  »

Merci Simon et Auke, nos correspondants spéciaux à Cannes !

Sur le même sujet :