Euh … Personnalisation ?

Par les temps qui courent, nous sommes submergés de nouveaux mots de jargon, souvent liés à la technologie. Cependant, que signifient-ils au juste ? Et que pouvez-vous en faire ? Magazine Media est heureux de vous servir de guide en donnant la parole à des experts en la matière. Comme Pieter Baert. Celui-ci est expert en service design et travaille en tant qu’Innovation Lead chez bpost Future Lab. Il explique c’est qu’est au juste la personnalisation.

Pouvez-vous nous résumer ce qu’est la personnalisation ?

Pour moi, la personnalisation signifie que vous travaillez à la mesure de votre client individuel et que vous créez une intimité personnelle. Pour y arriver, il faut bien sûr très bien connaître votre client : quelles sont ses préférences, ses champs d’intérêt, ses données personnelles, sa situation familiale, son historique d’achat, ses adresses de livraison, … ?

En outre – et c’est déjà plus difficile –, il faut rebondir sur ces préférences dans votre contenu et sur vos canaux. Vous devez être en mesure de relier quelqu’un qui, à un moment donné, ‘like’ quelque chose sur Instagram via son smartphone à la même personne qui, via son laptop, place une commande…

Pour pousser le bouchon encore un peu plus loin, il y a la personnalisation d’un emballage, voire du produit même. Pensez à Nike By You, où l’on peut faire personnaliser ses baskets.

Que peuvent en faire les marketeurs ?

La personnalisation permet aux marketeurs de s’inspirer des intérêts de leurs clients et prospects. Du coup, on forge un lien bien plus solide entre le contenu/le marketing et les ventes, on peut élaborer un profil des gens et proposer des offres de vente sur mesure. Rien de plus idiot que de recevoir une promo pour des chaussures qui ne sont plus disponibles à votre taille, de se faire appeler ‘cher Monsieur’ quand on est une femme ou de devoir à chaque fois réintroduire les mêmes coordonnées ou informations de paiement.

Cela vous permet même de prédire des décisions. Aux Etats-Unis, Amazon a mené un projet test à l’occasion duquel des gens se voyaient livrer des choses qu’ils n’avaient pas commandées, mais dont les évaluations et l’algorithme avaient prédit qu’ils en auraient bel et bien besoin. Il s’est avéré qu’ils n’ont renvoyé qu’un nombre de produits limité…

Quelles applications avec des magazines et des sites Web de magazines entrevoyez-vous ?

Je pense que les magazines doivent surtout veiller à ce qu’ils n’aient pas de lecteurs papier anonymes. Ils doivent attirer leurs lecteurs dans un environnement numérique, ce qui leur permettra de découvrir leurs préférences.

Ce n’est qu’alors qu’on pourra, d’une part, proposer une offre de contenu individuelle et, d’autre part, également aiguiller les consommateurs vers une boutique en ligne ou un site partenaire. Les magazines et les sites Web de magazines pourront ainsi développer un modèle d’affaires fondé sur la génération de leads.

Pieter Baert, Innovation Lead & service designer chez bpost Future Lab

D’autres mots de jargon :