Kantar : Pour la confiance dans les médias traditionnels, ‘fake news’ égale ‘good news’

La réputation des médias traditionnels, à savoir le print et la télédiffusion, est invariablement solide en ces temps d’inquiétude des consommateurs face au ‘fake news’. Les médias sociaux et les plateformes d’information exclusivement numériques souffrent toutefois d’une grande dégradation de leur image. C’est ce que conclut le bureau d’études de marché Kantar dans le cadre de son étude ‘Trust in News’, menée dans quatre pays majeurs (dont le Royaume-Uni et la France). Les magazines imprimés récoltent le plus haut taux de confiance de tous les médias, les médias sociaux et les applis de messagerie fermant la marche.


Les médias d’information, dont les magazines, sont confrontés à un nouveau type de public mieux informé, mais n’ajoutant donc plus automatiquement foi à tout, ne partageant plus tout et vérifiant régulièrement les informations par soi-même (plus de 75 % indique l’avoir déjà fait). C’est un public qui apprécie le bon journalisme, mais qui est aussi sceptique quant à savoir si ce dernier remplit suffisamment son rôle.

Quelques conclusions tirées de l’étude Kantar :

  • 39 % utilise plus de sources d’information qu’il y a un an
  • 72 % estime que les magazines imprimés forment la source la plus fiable
  • 78 % se tient au courant en ligne de l’actualité
  • 41 % fait moins confiance aux médias sociaux qu’il y a un an
  • 61 % est inquiet du fait que les médias d’information n’exigent pas suffisamment des comptes de la part des politiciens et leaders d’affaires
  • 40 % des utilisateurs de médias sociaux consultent aussi d’autres sources d’information
  • l’an dernier, 42 % des 18 à 34 ans ont payé pour leur information (contre 22 % des 35+)
  • 73 % pense que la précision dans le journalisme est une condition sine qua non pour une démocratie saine
  • 56 % croit que ce qu’il ou elle lit est généralement vrai et non ‘fake’

La baisse de réputation n 2017 s’est surtout fait ressentir du côté des médias sociaux et des entreprise exclusivement numériques, tandis que les réputations des sociétés média traditionnelles se sont avérées plus coriaces. Les magazines imprimés ont enregistré une baisse de confiance chez 23 % du public, tout en notant une hausse de confiance identique auprès d’une autre partie du public. En moyenne, la confiance n’a donc pas bougé d’un poil. Les journaux papier, eux, n’ont pas totalement pu compenser la chute de 23 %  (+17 %).

L’intérêt pour l’information ne cesse de croître, nous révèle l’étude Kantar, aussi, voire spécialement, chez les cibles plus jeunes (18-34). Celles-ci s’habituent toujours plus aux abonnements payants pour des services comme Netflix et Spotify, ce qui fait que payer pour des services d’information leur semble moins bizarre que ça ne l’est aux yeux de lecteurs plus âgés. C’est une bonne nouvelle pour les entreprises média.

Eric Salama, le CEO de Kantar, souligne que les médias traditionnels sont maintenant confrontés au défi  de tirer profit de la confiance et de la loyauté dont fait montre le public :

« Traditional news media have largely rebutted the ‘fake news’ accusations and continue to enjoy high levels of trust among news audiences. The challenge now is for those companies to monetise that loyalty. »

Source : Kantar

* À propos de l’étude ‘Trust in News’ : Kantar a interrogé 8.000 personnes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en France et au Brésil quant à leurs attitudes envers le journalisme d’information couvrant la politique et les élections. 

D’autres recherches sur le même sujet: