La chronique de Sam De Win : les difficultés numériques

Comment les magazines peuvent-ils bénéficier des opportunités offertes par le numérique ? C’est la question que se pose Sam De Win, directeur de création chez Prophets. Sa réponse est double.

Comment les magazines abordent-ils aujourd’hui les possibilités numériques ? Ou devrais-je dire : les difficultés numériques. Car ce n’est pas une histoire évidente, bien sûr. D’une part, de nombreux magazines perdent des parts de marché, tandis que d’autre part, les jeunes (pour la plupart) sont de plus en plus à la recherche de la désintoxication numérique via des magazines spécialisés et de niche. Un contraste difficile.

Mais aussi un contraste pour lequel je vois deux solutions. D’une part, le contenu ‘plus’ offre une « issue de secours ». Le contenu plus peut signifier deux choses. Premièrement : simplement du contenu supplémentaire, mais deuxièmement et surtout : plus de contenu de qualité.

Mais comment créer ce contenu de qualité malgré la baisse des revenus des annonceurs ? Avec un paywall ! Vous pouvez compenser en partie la baisse des revenus publicitaires et en tant que magazine, vous obtenez financièrement plus de pouvoir pour produire un contenu intéressant et de qualité. Contenu exclusif pour lequel les lecteurs reviennent et auquel ils souhaitent toujours s’abonner. De plus, vous pouvez également leur offrir un contenu unique en échange de renseignements personnels. Et comme vous obtenez une meilleure connaissance de vos lecteurs, vous pouvez répondre encore mieux à leurs intérêts. Ou vous pouvez ressentir comment ‘plus’ génère immédiatement beaucoup de valeur ajoutée pour les magazines…

D’un autre côté, je pense qu’ils devraient chercher refuge dans l’accroissement du sens de la communauté. Les communautés méritent d’être explorées davantage sur le plan numérique. Pour l’instant, ce sont surtout les magazines féminins qui visent cet objectif, mais il y a aussi des sculpteurs, des mélomanes, des fanatiques du sport… où il y a un grand sentiment de communauté.

RifRaf website

Prenons, par exemple, le cas très intéressant de RifRaf. RifRaf est le magazine de musique gratuit qui, après 27 ans, devait arrêter. Et maintenant il est (presque) de retour. Fin août – après le redémarrage – l’édition 0 est parue avec le message que l’édition 1 n’apparaîtra pas avant que 50.000 € n’aient été collectés par le crowdfunding avant le 10 novembre. Quand j’écris cette chronique (30 octobre), le compteur est de 57.272 € et ça continue. Un signe clair que beaucoup d’amateurs de musique veulent (garder) le magazine.

Ajoutez-y du contenu ‘plus’ en ligne, derrière un paywall, et vous créerez le magazine idéal pour toute une communauté. Et pour moi.

Sam De Win, Creative Director, Prophets

Les autres chroniqueurs :