» L’importance d’un contexte sûr et de qualité ne peut être sous-estimée « 

Marcus Rich est le CEO de Time Inc. UK, une des maisons d’édition les plus innovantes au monde, avec, entre autres , le renommé Time Magazine dans son portefeuille. Nous avons pu rencontrer cette figure de proue du monde magazine pour discuter de sa foi dans les magazines, les forces uniques dont disposent les éditeurs, l’achat programmatique pour le print et ses conseils à l’adresse des éditeurs et annonceurs belges. 

Pourquoi croyez-vous que les marques magazine sont toujours pertinentes aujourd’hui ?

On peut bombarder le monde de milliers de photos de chatons ou de millions de ‘posts’ insignifiants, mais les gens partiront toujours à la recherche d’un contenu vraiment solide. Des pétroglyphes aux histoires autour du feu de camp jusqu’au storytelling digital : nous sommes des êtres pétris de narration. Les magazines emploient de fantastiques écrivains, journalistes, conteurs et rédacteurs.

Lorsqu’on a affaire à des consommateurs toujours plus apathiques, il faut pouvoir venir avec des contenus taillés à la mesure de leurs intérêts et leurs passions. Ensuite, on couple cela à une publicité engageante qui leur propose des produits et services personnellement pertinents et qui les intéressent vraiment.

Les gens aiment regarder la TV, ils aiment écouter la radio, ils aiment lire des journaux, mais ils adorent vraiment leurs passe-temps et leurs passions. C’est ce focus sur les intérêts et les passions qui fait qu’aujourd’hui, les marques magazines sont plus pertinentes que jamais. Une compréhension approfondie en la matière nous permet de transformer le business et de rester pertinent, non seulement via les contenus print et numériques, mais aussi avec des expériences et des produits pour nos consommateurs. Que vous soyez cycliste, bricoleur, styliste d’intérieur, golfeur, mélomane ou fashionista, nous vous touchons avec les marques de Time Inc. UK.

Pouvez-vous donner un exemple de la façon dont Time Inc. maintient la pertinence des marques magazine ?

Nous avons bouleversé notre business et notre vision de nous-mêmes et de nos consommateurs. Nous avons créé une approche interne que nous avons baptisée ‘interrogating the ecosystem’. Cette approche implique que nous analysons en profondeur chaque marché et secteur dans lequel nous opérons et que nous identifions les opportunités afin d’offrir davantage encore aux consommateurs. Cela peut aller du lancement d’événements, en passant par des propositions e-commerce, à de nouvelles offres en print ou digital. En nous focalisant sur ces domaines d’expertise et nos forces, nous pouvons encore mieux servir nos consommateurs.

Prenez NME, notre marque de musique et de divertissement, où, suite à un projet d’envergure visant à générer des insights, nous avons découvert que non seulement les consommateurs NME s’intéressent à la musique et la culture populaire, mais aussi qu’ils s’inquiètent beaucoup au sujet de leur carrière. NME a donc lancé l’événement #LifeHacks, en collaboration avec Create Jobs (une initiative promouvant l’emploi des jeunes),  où les jeunes pouvaient bénéficier de conseils concernant une carrière et la vie dans le secteur créatif. Avec,  à la clé, des orateurs de premier plan, un Hack-Space où des start-ups étaient invitées à présenter leur société, des workshops et des cours de maître avec possibilité de réseautage. Cette année, #LifeHacks élargira ses activités avec un roadshow auquel participeront des orateurs, des événements, une série vidéo et un programme axé sur l’expérience professionnelle.

Marie Claire’s Future Shapers est un autre exemple : une initiative emploi destinée à inspirer les femmes à mieux exploiter leur potentiel professionnel. En 2017, le programme a été parrainé pour la deuxième fois par Neutrogena. Aujourd’hui, outre le print, il comprend aussi des événements, du digital, des podcasts et les médias sociaux. Les lecteurs peuvent assister à Future Shapers Live, une conférence d’un jour consacrée à l’emploi.  Ils y font la connaissance de véritable power-women à l’occasion de la cérémonie de remise des VIP Future Shapers et restent au parfum à l’aide de podcasts, de vidéos, de Facebook Live et de campagnes sociales. Cette année, Neutrogena a aussi sponsorisé une édition spéciale du supplément @Work de Marie Claire, distribué dans les stations de métro de la capitale.

Comment voyez-vous les marques magazines dans 10 ans ? Quel rôle joueront-elles dans la vie des consommateurs ? Et dans celle des annonceurs ?

Les gens passionnés sont membres de communautés et sont engagés face au contenu qu’ils consomment et qui est en lien avec leur passion. Les gens préféreront toujours les bons contenus et les marques de confiance. Du contenu conjugué à un public passionné, c’est l’avantage que présente le média magazine. Cela ne changera pas dans les 10 années à venir.

En tant qu’éditeurs, nous disposons de trois forces que personne d’autre n’a :

  1. la confiance : les gens ont confiance en l’avis et la vision de nos marques et les recherchent activement. Lorsque les temps sont difficiles, on cherche un port sûr et il n’existe pas de port plus sûr qu’une marque de confiance.
  2. le contenu : les gens aiment notre contenu et notre aptitude à le tailler à leur mesure. Nous offrons un contexte sûr et de qualité aux publicités. Dans les temps qui courent, il ne faut pas sous-estimer l’importance de cela.
  3. le data : nous sommes toujours mieux en mesure de comprendre le comportement consommateur et de prédire ce en quoi ce dernier sera intéressé. C’est d’une grande valeur pour les annonceurs.

En tant que société de contenu, nous devons être là où et quand nos consommateurs le souhaitent. Le print formera toujours une partie important du mix général, mais cela vaut aussi pour le digital, les événements et expériences, l’e-commerce et les licences de marque. Quand les consommateurs évolueront, nous évoluerons avec eux.

Cliquez ici pour lire la suite de l’interview avec Marcus Rich: 
«  Attention que d’autres médias ne garent pas leurs tanks sur votre gazon  »

Lisez aussi nos autres interviews :