MAGnify 2019 approche ! (rétrospective 2018)

Le 3 octobre 2019, Magazine Media organisera la troisième édition de MAGnify à CC De Factorij à Zaventem. Pour déjà un peu chauffer la salle, nous revenons sur les deux éditions précédentes (lisez ici la rétrospective 2017). MAGnify 2018 a été la première édition avec une session sofa durant laquelle on a pu exprimer différentes visions : celles de l’agence média, de l’annonceur, de l’éditeur et du chercheur. Suite au succès de ce concept, nous le réitérons cette année avec Danny Devriendt comme animateur des débats, autour du thème : Le monde est plat.

MAGNIFY-logo
 Les orateurs de MAGnify 2019 sont connus. N’hésitez pas, inscrivez-vous sans plus attendre ici (www.magnify.beet rejoignez-nous à CC De Factorij à Zaventem.

Vous pouvez découvrir un échantillon de l’ambiance qui régnait à MAGnify 2018 ici

Juan Senor at MAGnify 2018 1. Le premier orateur à prendre la parole le 4 octobre 2018 était Juan Señor, d’Innovation Media Consulting Group. Il a enrichi son récit inspiré sur la puissance des magazines et du print (Le print c’est de la haute couture) de l’an dernier d’un exposé sur le confiance en ces temps de ‘fake news’.

Señor a expliqué à son auditoire que la qualité ne peut et ne doit être gratuite. Lorsqu’on fournit de la valeur, il faut qu’on paie pour pouvoir se l’offrir. C’est là que les créateurs de contenu ont fait fausse route par le passé et cette erreur doit être rectifiée. Son message clé à l’adresse des éditeurs est dès lors : « Il faut (à nouveau) amener les gens à payer pour votre contenu, sinon vous n’aurez pas d’avenir dans l’édition. Les innovations au niveau de la technologie, des médias, des gadgets et des widgets ne pourront pas vous sauver. »

Selon Juan Señor, le print existera encore longtemps, mais entre-temps les éditeurs doivent veiller à ce que d’autres plateformes de leur marque deviennent rentables. Les magazines possèdent deux facteurs essentiels pour créer de la valeur : le contenu de qualité et la confiance. En ces temps de ‘fake news’, cette dernière ne fait que gagner en importance.

Ses cinq clés pour une publication print à succès commencent dès lors toutes par le mot ‘premium’ :

Juan Senor: Keys for a succesful print publication

Magnify 4-10-18  105 2. Le deuxième orateur de la matinée était Steve Goodman, Managing Director Print Trading chez GroupM au Royaume-Uni. (Lisez l’entretien avec Steve Goodman ici)

Son message était que le pendule est allé trop loin dans le sens des médias numériques. Nous devons retrouver un équilibre entre les médias numériques et établis, a dit Goodman. Au début de l’année 2018, son collègue Adam Smith avait exprimé le même souci dans une interview accordée à The Guardian : GroupM déplore la chute rapide des investissements magazine et prédit une revalorisation du média dans le chef des annonceurs.

Goodman à MAGnify 2018 : « Nous avons été et sommes toujours frappés par le fait que le switch des médias traditionnels aux médias numériques a tout de même été fort marqué. Il a été de pair avec un switch au niveau du focus : de la notoriété de marque à l’engagement. » Il a dès lors plaidé pour davantage de planning à long terme et une ‘désintoxication’ aux résultats directs, voire en temps réel.

Consultez sa présentation ici.

Benoit Bochu 3. C’est de France qu’est venu le troisième ‘keynote’ de la matinée : Bruno Poyet et Benoit Bochu d’Impact Mémoire (lisez leur interview ici). Ceux-ci ont présenté les résultats de leur étude sur l’attention dans le contexte publicitaire.

Leur propre recherche les amène à distinguer deux types d’attention : l’attention automatique et l’attention volontaire ou réfléchie. La première intervient, par exemple, lorsque quelque chose se met à clignoter sur votre smartphone ou quand vous tournez une page dans un magazine et tombez sur une publicité. Dans ce cas, l’émotion est importante. L’attention volontaire, quant à elle, est plus  profonde, créant ainsi de l’engagement du côté du consommateur. Par exemple lorsque celui-ci lit de la publicité native. Des facteurs essentiels pour obtenir l’attention volontaire sont le storytelling, l’émotion et l’intérêt ; le consommateur doit trouver le message utile.

« Actuellement, on calcule à coups de coût au GRP et autres », dixit Benoit Bochu, « mais en fait l’attention devrait devenir une currency. »

Découvrez leur présentation complète ici.

4. Session sofa : « (Post-)Millennials hate established media brands, except when they love them. » Voilà le titre de la table-ronde avec laquelle nous avons clôturé la deuxième édition de MAGnify. Sous la houlette de Vanessa Sanctorum, Strategy Director chez Havas Media (lisez son propre flash-back ici), les participants ont débattu de la façon dont les plus jeunes générations utilisent et gèrent les médias et de ce que cela signifie pour l’avenir des médias et de la publicité.

Ont participé au débat :

  • Nathalie Erdmanis, Director Strategic Marketing & Branding chez AG Insurance
  • Els Thielemans, CEO chez Maxus
  • Mike Koedinger, Fondateur et Président de la maison d’édition luxembourgeoise Maison Moderne
  • Katia Pallini, Content Marketing Manager chez Insights Consulting

La session sofa peut être visionnée dans son entièreté ici:

Rendez-vous sur www.magnify.be pour plus d’infos sur les orateurs de MAGnify 2019. Profitez-en pour vous inscrire.