Surfez sur

WeMedia

3 milliards de vidéos par mois

cover reportLes experts sont tous d’accord sur le sujet : l’avenir de la consommation de contenu sur les plates-formes digitales, c’est la vidéo. Mondialement, tous ensemble, nous consommons déjà 3 milliards de vidéos par mois, soit 202 vidéos et 952 minutes en moyenne par spectateur. Le CIM a récemment indiqué qu’en Belgique, 6,1 % des vidéospectateurs le font déjà via de nouveaux écrans.

Pour les créateurs de contenu, la production et la distribution vidéo représentent dès lors une opportunité énorme. Pour FIPP Insight, c’était une raison suffisante pour réaliser un rapport détaillé sur les développements mondiaux.

Ci-après, nous vous donnons un bref aperçu des points importants de ce rapport World Media Trends, complétés par des chiffres belges.

Aujourd’hui déjà , la consommation vidéo est l’une des causes majeures de l’essor de l’utilisation de données, surtout sur smartphone et tablette. Mondialement, le transfert de données augmentera encore de pas moins de 75 % jusqu’en 2017.

Voici les raisons majeures de la croissance rapide de la vidéo :

  • les coûts inférieurs de la vidéo sur smartphone, tablette et PC ;
  • la croissance de la bande disponible dans la plupart des pays (Internet à haut débit) ;
  • la disponibilité de meilleures caméras, plus faciles à manier, qui nécessitent donc moins d’aptitudes pour produire une vidéo convenable ;
  • une croissance rapide du nombre d’appareils dotés d’une grande capacité de mémoire pour stocker et consommer de gros fichiers vidéo ;
  • une disponibilité toujours plus grande d’infrastructures de publication vidéo : plates-formes, technologies, formations, matériel, studios et flux de travail ;
  • une augmentation du nombre de réseaux de publicité vidéo finançant la production vidéo par des entreprises média.

Un glissement net est visible dans l’utilisation de différents ‘devices’ vidéo (E-U, Nielsen). La consommation TV ‘ordinaire’ régresse (pas encore en Belgique, selon le CIM), mais conserve sa première position. Cela vaut d’ailleurs pour la plupart des pays. Le CIM Other Screen Monitor indique qu’un peu plus de la moitié de la population belge ayant accès à Internet (53 %) a déjà visionné du contenu TV en ligne.

Mondialement, nous regardons la télévision en moyenne 2,5 heures par jour. Par ailleurs, la vision en différé, elle, augmente légèrement. En deux ans, la vision TV en ligne a grimpé d’une demi-heure à trois quarts d’heure. C’est cependant surtout l’utilisation du smartphone qui a explosé : de 53 minutes en 2012 à plus d’une heure et demie par jour en 2014 (E-U).

Pour les annonceurs, il est évidemment aussi important de savoir qui voit leur publicité. Les profils des téléspectateurs et spectateurs en ligne sont presque diamétralement opposés. Les jeunes regardent plus souvent en ligne que leurs aînés, même si 30 % des jeunes indiquent ne pas visionner en ligne du tout.

Selon le CIM Other Screen Monitor, en Belgique la catégorie d’âge des 12 à 17 ans a accès au plus grand nombre d’appareils (quatre pour 18 % d’entre eux, trois pour 25 % et deux pour 32 %), alors que 38 % des 45 à 54 ans et 46 % des 55+ n’utilisent qu’un seul appareil. Neuf personnes sur dix utilisent au moins un de ces appareils quotidiennement. Presque tous ces appareils ont accès au WiFi et/ou à la 3/4G. La plupart des répondants (84 %) consultent Internet quotidiennement.
De grands éditeurs de média magazine comme Conde Nast, Hearst, Burda et Meredith ont commencé à investir dans la production et la distribution vidéo il y a plusieurs années déjà . Cela a entraîné l’émergence de diverses plates-formes vidéo pour des marques magazines comme Cosmopolitan. Le rapport FIPP cite quelques exemples : cliquez ici pour y aller.

Vous découvrirez la suite de cet article ICI.

Print Friendly, PDF & Email