Surfez sur

WeMedia

La colonne de Bruno : Les tablettes en papier du B-to-B

Il est évident qu’à côté des jeunes  » millennials  » suréquipés, les autres freaks de technologie et de connexion constante et universelle seraient les cadres, mais pour le boulot ! Quoique le patron bien organisé semble aussi celui capable de se déconnecter… Dans les équipements, on note évidemment l’outil de travail qu’est le laptop, mais aussi les tablettes afin d’accéder aux contenus de la presse, électronique pour l’occasion (quotidiens digitaux et pour quasiment la moitié d’entre eux). Et si 90% d’entre eux se rendent sur des sites web pour raisons professionnelles, ils ne sont pas moins de trois quart à lire des périodiques imprimés et journaux pour les mêmes raisons.

L’étude révèle ensuite le classement des titres, qui paraît logique et contrasté par rapport aux audiences tout publics. Elle renseigne aussi sur le profil de ces cadres et constitue une mine d’informations extrêmement intéressante pour le versant marketing des spécialistes du B-to-B. Il apparaît en tous cas, et comme bien d’autres sources et experts le confirment, que le digital se soit ajouté aux sources d’information existantes, sans les remplacer. Pour une proportion relativement limitée et justifiée de l’accès pratique aux contenus, les décideurs se sont orientés vers les devices numériques, mais pour l’essentiel, ils se montrent attachés à leurs  » supports physiques « . Et on peut les comprendre, aussi du côté pratique : quoi de plus simple – et d’agréable – que de feuilleter son titre, à l’endroit comme à l’envers sans devoir attendre la  » responsivity  » souvent pénible d’un protocole. Des tablettes en papier, même pas  » un click away « .

Bruno Liesse (1).jpg Bruno Liesse, Managing Director.

 

 

Envie de lire la colonne précédente de Bruno Liesse ? Cliquez ICI.

Print Friendly, PDF & Email