Surfez sur

WeMedia

The Atlantic, du journalisme pur et dur d’outre-Atlantique

Aux Etats-Unis, The Atlantic a été sacré Magazine of the Year en 2016. Contrairement aux titres auxquels il a dû se mesurer (tels que National Geographic et The New Yorker), il n’est pas vraiment connu de ce côté-ci de l’océan. Fort injustement.

(Note: The Atlantic a annoncé le 30 Mars 2017 qu’il ouvrait son premier bureau international à Londres cet été)

Le prix est en effet plus que mérité pour cette marque qui depuis 160 ans arbore fièrement la devise ‘Of no party or clique’ (qui fait référence à son indépendance). Ce sont en outre les membres de The American Society of Magazine Editors qui le décernent. Une récompense, donc, des mains des concullègues. Il n’y a rien de plus précieux. Comparez-le au Footballeur Pro de l’année dans le monde du football belge.

The Atlantic homepage

The Atlantic s’est vu octroyer le titre de Magazine of the Year en raison de  » son excellence rédactionnelle en print et sur les plates-formes numériques, ainsi que pour la qualité et la cohérence du contenu et des services « . Le mensuel se porte en effet garant d’un journalisme de haut vol, avec des analyses en profondeur et des reportages d’investigation, et ce pour couvrir les thèmes les plus divers : la politique, la science, la technologie, la santé, l’entreprise ou encore la culture. Ainsi, un des articles les plus lus en 2015 était intitulé ‘What ISIS really wants’.

En ligne, la marque poursuit sur sa lancée (elle a renouvelé son site en 2016). Depuis peu, elle propose une rubrique ‘Notes’. Une place y est réservée aux questions, opinions et débats, permettant ainsi une nouvelle fois à The Atlantic de mettre en exergue son rôle de formateur et plate-forme d’opinion.

De livres à des mugs à café

Comme beaucoup d’autres magazines américains, The Atlantic a aussi beaucoup avancé dans le développement de sa marque. Le print et l’on-line ont beau être les médias principaux, les événements aussi lui permettent de se faire un nom. Aux Etats-Unis comme ailleurs, The Atlantic organise en outre régulièrement des forums.

Le fait d’avoir été fondé en 1857 par un groupe d’écrivains se fait toujours ressentir aujourd’hui. The Atlantic publie en effet avec la régularité d’une horloge des œuvres concernant des sujets politiques et sociétaux brûlants. Dans l’e-shop, on ne trouve d’ailleurs pas que des livres. On y met aussi en vente des gadgets, allant de T-shirts à des mugs à café, en passant par des tapis de souris.

Enfin, il y a encore la sous-marque Citylab. Celle-ci a été fondée par la rédaction et part à la recherche d’idées innovantes pour les villes et les quartiers, ainsi que de solutions aux problèmes auxquels ceux-ci sont confrontés. Les canaux sont un site dédié et des événements, mais aussi le soutien de documentaires sur ce thème. C’est la meilleure preuve que The Atlantic est devenu une marque, non ?

Depuis 160 ans déjà, toutes ces expressions lui permettent de consolider son statut indépendant. Nous sommes curieux de savoir ce qu’en pense Trump…

Sur le même sujet :