La couverture magazine :  » Un moment culturel dont on a distillé l’essentiel « 

Uncovered by Ian Birch« The great covers […are] most of all, a cultural moment [..] distilled to its essence. » Cette phrase aux accents poétiques nous vient d’Anne Fulenwider, chief content officer chez Hearst, et est reprise dans la préface du livre Uncovered: Revolutionary Magazine Covers. En une fraction de seconde, les couvertures fantastiques parviennent à engendrer un impact émotionnel, dit cette créatrice de magazines expérimentée (e.a. Marie Claire). Comme le remarque l’auteur du livre, le ‘chuchoteur de couvertures’ irlandais Ian Birch, les meilleures couvertures sont des documents sociaux recelant des récits uniques. Au cours des semaines à venir, nous braquerons régulièrement les projecteurs de ce site sur les couvertures et leurs histoires.

Lisez aussi : Les couvertures de magazines, porte-voix de la résistance 

Le livre est une sélection des meilleures couvertures de magazines selon Birch. Même si la première tâche d’une bonne couverture est d’aider à vendre un maximum d’exemplaires, le tirage vendu n’est pas le critère de sélection qu’utilise l’auteur. Il a choisi les couvertures parce qu’elles ont percé et repoussé les frontières et parce qu’elles ont mis le feu aux poudres des conversations :

 » Elles ont fait qu’un moment spécifique a été ressenti comme étant chauffé au rouge et hautement significatif. « 

Avec l’essor d’Internet, le print s’est retrouvé sous une pression énorme, mais ces derniers temps il jouit d’une attention renouvelée. En réaction au monde virtuel volatile, mais aussi en réponse aux problèmes de crédibilité et de qualité des médias numériques. Aujourd’hui, de petits titres indépendants, surtout, se profilent comme étant révolutionnaires, mais les marques magazines dites ‘mainstream’ aussi se montrent à leur avantage au beau milieu des polémiques politiques et sociétales.

#SayYesToLove

Un bel exemple en la matière, trop récent pour cette édition du livre, nous est livré par la couverture de février 2018 du Cosmopolitan sud-africain. Cette édition de la Saint-Valentin fut baptisée ‘#SayYesToLove’, le nom qui dans la foulée a été donné à la campagne sur les médias sociaux. Le but premier ? Démontrer que l’amour, c’est beau, sous quelque forme que ce soit. A cette fin, Cosmopolitan a collaboré avec Laverne Cox, activiste transgenre et actrice, qui est ainsi devenue la première femme transgenre en couverture au monde.  Un moment historique. (N. B. : en octobre 2017, Playboy a présenté une transgenre française en double page centrale, mais pas en couverture).

Le Cosmopolitan était entièrement consacré à des contenus LGBTQ+ : mode, beauté et reportages autour de thèmes sérieux comme le viol et ‘le coming out au boulot’. En Afrique du Sud, la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle est illégale depuis 1996. En 2006, le pays a été le cinquième au monde à légaliser le mariage homosexuel.

L’engagement des Millennials et des Gen Z

Dans le pays, Cosmopolitan joue un rôle de premier plan dans l’engagement des Millennials et des Gen Z dans la conversation sur ces thèmes. Sur les médias sociaux, la couverture Laverne Cox a généré 21 millions d’impressions en trois jours, pour ensuite être reprise par des médias d’information partout dans le monde. C’est bon pour la discussion et pour l’image de Cosmopolitan en tant que média pertinent. Lors des FIPP Insight Awards, cela a valu à son éditeur une mention spéciale du jury.

Grâce aux développements technologiques, le seuil n’a jamais été aussi bas pour qui veut créer un magazine imprimé. Cependant, les obstacles empêchant un magazine de réussir n’ont jamais été aussi importants, dixit Birch.  » Finalement, les magazines deviendront comme des voiliers « , lance Kurt Andersen (New York, Spy) :

 » Ils ne doivent plus exister, mais les gens continueront toujours à les aimer, les produire et les acheter. « 

Difficile, pour Media Magazine, de s’imaginer une meilleure façon d’entamer cette année nouvelle qu’avec cette citation ! Cette fois encore, nous souhaitons une belle année 2019 à tous les créateurs et amateurs de magazines.

Source : Associated Media Publishing, Uncovered

D’autres articles pour vous :