Surfez sur

WeMedia

Pendant la crise corona, en qui avons-nous le plus confiance ?

Du 6 au 10 mars, Edelman s’est intéressé aux sources que consultent les gens pendant la crise corona, et ce, dans 10 pays. Il est frappant de constater qu’en tant que source d’information fiable le propre employeur réalise un score élevé. Il apparaît tout de même que la source la plus consultée est celle des enseignes média établies. Les gens sont particulièrement inquiets au sujet de la propagation d’informations fallacieuses sur le coronavirus.

A lire aussi : Tendances en matière de fake news (mieux : de désinformation digitale)

Des patrons fiables

Au total, Edelman a interrogé 10.000 personnes aux quatre coins du monde. Il s’avère que près de 70 % d’entre eux s’informent sur le sujet au moins une fois par jour. 63 % des personnes interrogées déclarent avoir confiance en l’information corona transmise par leur employeur : on estime que le CEO de la propre entreprise est plus fiable que les fonctionnaires gouvernementaux !

On attend donc des employeurs qu’ils diffusent régulièrement des updates : 63 % en souhaite au moins un par jour. La transparence sur la situation de travail est la première condition : la majorité désire savoir exactement combien de contaminations ont été constatées et quels sont les effets sur l’entreprise.

Dans 8 des 10 pays, la majorité considère par ailleurs que le propre employeur est mieux préparé au virus que le pays. 62 % estime dès lors que la réaction de l’employeur à la situation actuelle est efficace et responsable.

Les sites gouvernementaux (58 %) et les médias traditionnels (51%) suivent (avec un petit retard en matière de confiance). 35 % des personnes interrogées ont déclaré ne jamais faire confiance aux médias sociaux lorsque ceux-ci constituent leur unique source d’information.

Scientifiques et médecins

La palme de la fiabilité va aux scientifiques et au corps médical : 68 % à 83% des répondants vont dans ce sens. Les gens aimeraient dès lors recevoir de plus amples informations de leur part (85 %). Les fonctionnaires gouvernementaux et les journalistes jouissent de la confiance d’un peu moins de la moitié des répondants (48 % et 43 %, respectivement). 58 % craint même que la classe politique utilisera la crise à des fins politiques, ce qui, en Belgique et dans la situation actuelle, n’est certainement pas à exclure.

Pourtant, la plupart des gens utilisent deux fois plus les canaux d’information principaux que les sites Web d’organisations mondiales (WHO) ou nationales de la santé.  Pas moins de 74 % se fait en outre du souci quant à la propagation de désinformations.

Des attentes élevées

La confiance témoignée à l’employeur ne vient pas sans attentes. 78 % s’attend à ce que l’entreprise protège les employés et la population locale. 79 % estime qu’il est du devoir de l’employeur d’adapter les flux de travail, de permettre le télétravail et de mettre fin aux événements et voyages d’affaires non pertinents. 73 % s’attend à ce que la politique du personnel soit adaptée pour garantir  des congés maladie rémunérés et obliger les groupes à risque à se confiner chez eux.

Il s’avère donc que la grande confiance dans les employeurs va de pair avec une grande responsabilité. Les entreprises font bien de gérer cela intelligemment en communiquant régulièrement en toute transparence afin de faire sentir aux gens qu’ils font partie d’un mouvement sociétal plus large, qui lutte contre le virus.

* les 10 pays : l’Afrique du Sud, l’Allemagne, le Brésil, le Canada, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, le Japon

Source : Horizont

A lire aussi :