Dans un monde douteux, les médias fiables l’emportent

La crise autour de la désinformation et la fraude publicitaire se fait ressentir partout dans le monde. La confiance est dès lors la chose le plus importante que les marques et les médias puissent recevoir de leurs consommateurs, et c’est là que les médias numériques et les annonceurs échouent lamentablement. Tous les modes publicitaires digitaux et mobiles jouissent de moins de 50 % de confiance, à l’exception des publicités Search (61 %). Cela a le don de rétablir l’attractivité des ‘bons vieux’ médias traditionnels et des marques média établies. En premier lieu aux yeux des consommateurs, mais les annonceurs les talonnent. Avec 82 % de taux de confiance, les annonces print occupent une position très solide.

Graph type of ad

Type of ads people trust (%)

Pour les décisions d’achat, le print continue donc à remporter le vote de confiance des consommateurs – suivi de la TV à 80 % –, dixit cette étude mondiale réalisée par Rakuten Marketing. La publicité en ligne, par contre, est considérée comme dérangeante (‘disruptive’) par 83 % des répondants. Les pop-ups restent dès lors le format le plus vilipendé, inspirant le moins de confiance. Et cela ne s’est aucunement amélioré au fil des ans, comme l’indiquent 80 % des 2.500 répondants, sur aucune plate-forme ni aucun appareil.

graph disruptive online ads

% of consumers who find online ads disruptive

Publicité pertinente

Quand les publicités correspondent aux intérêts individuels et ne sont pas diffusées à outrance, tout en étant présentées dans un format ‘décent’ (p. ex. natif au lieu de pop-ups), la plupart des gens (70 %) les trouvent parfaitement acceptables, voire précieuses dans leur cheminement de consommateur en ligne. 20 % déclare même qu’elles peuvent améliorer l’expérience de shopping, à condition d’être utilisables.

Les formats favoris ? Les liens menant vers des coupons, les e-mails et les publicités sociales. Les moins appréciés sont les pré-rolls, les pop-ups et les notifications push mobiles.

Source : Digiday 
Lire aussi :